Print Friendly, PDF & Email

Béatrice (alias Hélène Delafaurie) a fêté ses 74 ans le 1er septembre 2021. Elle vous raconte ce qu’elle a vécu.

J’avais été victime d’un grave AVC (Accident Vasculaire Cérébral) ischémique début juin 2020. Dans les 2-3 semaines qui ont précédé, j’avais eu des “avertissements” sous la forme de deux AIT (Accident Ischémique Transitoire).

Mais n’ayant aucune expérience préalable d’AVC (comme la plupart d’entre nous), je n’ai pas, outre-mesure, prêté attention à ces évènements. Ils se sont toujours produits en matinée, ce qui est assez typique de ce genre de problème. Et comme j’avais eu, occasionnellement, dans ma vie,  des malaises vagaux, je ne me suis donc pas trop inquiétée. 

Cependant, il est toujours bon de savoir qu’il existe deux types d’AVC :

les AVC ischémiques (obstruction, dans le cerveau, d’une artériole par un caillot)
les AVC hémorragiques (rupture d’une artériole dans le cerveau) 

Ce dernier type d’AVC est plus grave si, pour diverses raisons, on est sous anti-coagulant.

Ma vie, avant cet AVC

Avant cet AVC de juin 2020, j’en étais arrivée à faire quasiment tous les jours une marche de 4 à 6 km, pendant environ 1h à 1h30. Je revenais pourtant de loin car en 2018, je pouvais à peine marcher 200 m. Il faut dire que j’ai un très lourd passé de 44 fractures, essentiellement suite à un très grave et lointain accident de voiture. Et j’ai un clou métallique tout le long de l’un de mes fémurs. 

J’avais aussi été victime, ces dernières années, de différentes petites chutes. Par exemple, j’avais manqué une marche d’escalier, dans ma très vieille maison….. Ces chutes n’avaient sûrement pas arrangé les choses (enrichissant mon palmarès de fractures) et m’ont valu quelques séjours plus ou moins longs en hôpital et en rééducation. 

Je n’étais donc plus, à une petite chute près.

En plus, j’avais même vécu, après mon accident,  une  expérience de mort imminente (EMI)  ou en anglais : NDE (near death experience). Ce genre d’expérience se vivant lors d’une mort clinique ou d’un coma avancé.

J’en ai donc un peu “vu de toutes les couleurs”….. comme on dit…..

Je découvre une thérapie russe

Courant 2018, j’avais eu l’opportunité de bénéficier, pendant plusieurs mois, d’un matelas “magnétique”, couramment utilisé dans les pays du bloc soviétique. J’ai ainsi pu améliorer, de façon remarquable, mon état physique. C’est la raison pour laquelle j’étais plutôt en bonne forme jusqu’en mai 2020.

Je raconte cette “résurrection” dans l’article  de septembre 2018, écrit sous mon nom de plume “Hélène Delafaurie” :

J’ai testé une thérapie bizarre…. elle marche et moi, je cours !

Les mois ont passé et en mai 2020,  par deux fois, alors que j’étais en train de faire mes courses, je me suis effondrée comme une poupée de chiffon, tout en restant consciente. Heureusement pour moi, j’avais eu la chance de ne pas être seule au moment de  ces chutes et d’être tout de suite prise en charge.

La première fois, je me suis effondrée doucement, jusqu’au sol. La seconde fois, j’ai atterri dans les bras de mon fils !

Heureusement qu’à chaque fois, je ne me suis rien cassé.

Et début juin 2020, après ces deux AIT, c’est l’AVC ischémique, le vrai. Là encore, j’ai eu la chance de ne pas être seule, au moment où cela m’est arrivé. 

Cela n’apparaissait pas comme trop grave et les urgentistes envisageaient même de me renvoyer chez moi alors que je tenais à peine debout.  Mais on m’a tout de même gardée en observation jusqu’au lendemain. Le nouveau médecin a vu les choses autrement et m’a alors soumise à un nouveau scanner avec prise d’un produit contrastant. C’est  là qu’on découvre que j’ai fait un AVC du cervelet.

Du coup, j’ai fait 11 jours d’hôpital. Et je suis retournée chez moi  mais dans un état de faiblesse extrême. Mon état cognitif n’étant pas en reste. On m’a juste accordé une aide une fois par semaine. Pour le reste, “débrouille-toi” comme on dit ! Heureusement que j’avais un fils à proximité, mais pris par ses obligations professionnelles.

Ma vie, après ce premier AVC

Je sors donc de l’hôpital mi-juin  2020.

Comme chacun sait, on est très loin de pouvoir réchapper d’un AVC, bien au contraire. J’ai eu cette chance. Mais bien évidemment, avec pas mal de séquelles en tout genre. Pas trop trop graves heureusement.

Beaucoup d’AVC sont mortels, avec effet immédiat…. ou à très court ou moyen terme (avec à la clé, paralysie, aphasie et / ou autres problèmes). C’est un peu comme ce qui se passe en ce moment, pour certains, simplement, ou déjà doublement “dosés”. Les “éveillés” comprendront….. Mais j’imagine  que la majorité des lecteurs de ce blog font partie de cette catégorie.

J’aurais pu, à ce moment, appliquer la méthode Gardelle dont il est question, dans cet article de mai 2014 :

Si vous saviez

Cette méthode Gardelle ne coûte quasiment rien. Pour l’appliquer, il faut juste une présence humaine, presque en continu. Et malheureusement, je n’avais pas les moyens d’embaucher quelqu’un.

Plus cette méthode est appliquée tôt, plus les séquelles de l’AVC pourront disparaître presque aussi vite qu’arrivées. Mais il existe des exemples où cette méthode a été appliquée tardivement, avec, à la clé, des résultats intéressants et impressionnants.

Bon an, mal an, j’ai donc essayé de remonter la pente, avec quelques médicaments chimiques “obligatoires”. Mais cela fait plus de 25 ans que je ne prends plus ce type de médicament et que je vis au gré d’huiles essentielles, de compléments alimentaires, de diverses méthodes naturelles. Petit à petit, j’ai alors remplacé certains de ces médicaments par des solutions naturelles (je peux me le permettre, compte tenu de mes nombreuses connaissances et de ma longue expérience  etc…). 

Malgré tout, comble de l’ironie : aussi bien Elisabeth que moi-même, nous n’avons pas pensé au matelas mentionné plus haut. Et pourtant, il aurait été plus qu’approprié pour mon problème.

Ne faites pas comme moi !

Pour ce qui est des médicaments, surtout, ne faites pas comme moi, à prendre des initiatives qui pourraient être risquées.  Ce ne sont pas des conseils que je donne. C’est juste mon histoire que je vous raconte. Et chut ! Il ne faut pas le dire à mes médecins. Qui se sont d’ailleurs toujours étonnés des progrès que je faisais, eux étant convaincus de l’efficacité des médicaments prescrits.

Le problème, comme chacun sait, étant que tous ces médicaments chimiques ont des effets secondaires qui nous rendent de plus en plus malades et dépendants des potions sensées être “bénéfiques”  de l’industrie pharmaceutique. En réalité, nous sommes nombreux à savoir que, surtout en ce moment, certains ”produits”  sont  plutôt très “maléfiques” , permettant à certains de s’”engraisser” à outrance……

D’ailleurs, je pense que je n’ai pas retrouvé ma forme, à cause justement de l’un de ces médicaments, qui me “terrassait” tous les jours, me “pompait” mon énergie et limitait mon bien-être.

Je passais souvent mon temps, effondrée dans un fauteuil, devant la TV, sans être consciente de ce que je voyais sur l’écran. J’étais “dans les vaps”, comme on dit.

Finalement, début septembre 2021, environ 14 mois plus tard, je n’avais toujours pas récupéré. Je ne pouvais plus faire mes longues promenades dans ma verte campagne. A peine, si je pouvais marcher pendant environ 15 mn. Et je me traînais toujours, chez moi, pour les obligations domestiques etc….. Procrastinant à longueur de journée……

Et vlan, des mini-AVC !

Comme si cela ne suffisait pas, le vendredi 17 septembre 2021, je me réveille le matin, avec un bras paralysé, ne comprenant pas ce qui m’arrivait.

Comme je suis en contact très fréquent avec Elisabeth, auteur de ce blog, je la préviens de la situation. Elle constate que je parle de façon bizarre. Et elle m’avouera par la suite, qu’elle avait tout compris.

Heureusement que ce jour-là, mon aide-ménagère venait d’arriver. Elle a donc pu prendre les choses en main. Et les pompiers m’ont emmenée d’urgence à l’hôpital !

Au bout de plusieurs heures, je n’avais toujours pas compris ce qui m’arrivait. Mes neurones étaient dans le brouillard. Je n’avais même pas été capable d’appuyer sur mon bouton de télé-assistance que j’avais autour du poignet. J’en disposais depuis mon premier AVC.

En arrivant aux urgences, on m’a fait un test PCR, heureusement négatif. Et je leur suis très reconnaissante de ne pas m’avoir imposé  la “piquouze”, dans l’air du temps.

Pour l’anecdote, les premiers examens ont clairement montré que j’avais, entre temps, fait un autre AVC mais il était passé inaperçu.

A l’hôpital, mes premières nuits étaient exécrables, les trois passages de soignants pendant la nuit y étant pour quelque chose. Mais je leur tire mon chapeau, pour leur immense dévouement.

Pourtant, chez moi, à la maison,  je dormais bien. Du moins, c’est ce que je pensais (avec cependant une sensibilité très forte à la pleine lune et aux changements climatiques, surtout quand le temps devenait maussade).

Mon nouveau séjour à l’hôpital

Le mardi 21 septembre, après cinq nuits d’hôpital, Elisabeth me demande tout à coup, si je dors bien. Comme dit précédemment, la réponse était évidemment négative.

Alors, Elisabeth propose de m’envoyer, le soir même (nous sommes à 900 km l’une de l’autre), des fréquences pour bien dormir. Cela paraîtra saugrenu à certains mais cela “parlera” à ceux qui connaissent le potentiel des thérapies quantiques.  

Je rappelle à ce sujet, pour ceux qui ne l’auraient pas encore lu, l’article de février 2021 :

Un dispositif quantique de poche à utiliser chez soi et en famille

Le mercredi 22 au matin, je n’en revenais pas. J’étais aux anges. Ma nuit a été une vraie merveille  J’ai dormi, encore mieux qu’un loir.  Avec une sensation de bien-être extraordinaire et davantage d’énergie, au réveil !

Je n’avais même pas ouvert l’œil quand les soignants étaient passés pendant la nuit. Au petit matin, ils m’ont d’ailleurs fait remarquer la chose. Se demandant ce qui s’était passé. En plus, je dois avouer que je n’ai jamais pris les somnifères si gentiment proposés….

Mais je me suis bien gardée de leur dire le pourquoi de mon sommeil de “plomb”. Ils m’auraient sans doute prise pour une “extra-terrestre” ou une “illuminée”. Donc je n’ai évidemment rien dit.

J’aurais dû quitter l’hôpital le vendredi 24 septembre car tout allait à peu près bien, mais pour des raisons administratives (week-end oblige…), je n’ai quitté que le mardi 28 suivant. Et chaque nuit, Elisabeth m’”inondait” de fréquences. Avec toujours, à la clé, des nuits exceptionnelles et une forme enviable au petit matin !

Après ce retour à la maison, elle a donc continué de m’envoyer des programmes de fréquences pour me “stimuler” physiquement et / ou intellectuellement. Et toutes les nuits, elle m’envoyait le programme “Sommeil” pendant quelques heures. Avec cet excellent sommeil, je continue actuellement de récupérer de plus en plus.

Des expériences variées avec les fréquences

Depuis, nous avons fait de multiples expériences, par rapport à l’envoi des fréquences. Toutes plus intéressantes, les unes que les autres. En tout état de cause, aujourd’hui 14 novembre 2021, je suis en bien meilleure forme que début septembre 2021, où j’étais loin d’avoir récupéré de mon premier AVC, de juin 2020.

D’ailleurs, nombreux sont ceux qui sont très “étonnés” de la rapidité de ma récupération (de mes fils aux divers médecins, en passant par mes amis).

Il semblerait que mon sommeil soit maintenant d’une telle qualité et d’une telle “profondeur” que cela me permet d’avoir une énergie remarquable, en me levant le matin. 

Ce qui m’amène parfois à me dépenser trop, dans la même journée. Cependant, il peut arriver, suite à un évènement inhabituel (fortes émotions ou très mauvais temps sans soleil ou pleine lune ou modifications dans l’envoi des fréquences….) que je dorme un peu moins bien et que je ne sois pas au meilleur de ma forme au réveil. Mais c’est vraiment rare.

Et actuellement, sauf quand le temps est vraiment trop mauvais,  je fais presque quotidiennement, une marche d’environ 1 heure.

Finalement, pour ce qui me concerne, c’est dans ces circonstances particulières que j’ai vraiment pris conscience de l’importance considérable du sommeil.

D’ailleurs, Elisabeth, bien qu’elle dorme très bien,  teste aussi maintenant l’envoi du programme “Sommeil”, avec des résultats inattendus et bénéfiques pour son système cardio-vasculaire. C’est ce qu’elle vous racontera un jour….

Mais il ne faut pas oublier une chose et il faut vraiment en être conscient : avec les nombreuses  techniques alternatives qui existent actuellement (mais c’est aussi vrai pour les médicaments chimiques !!!!), les résultats ne seront pas les mêmes chez tout le monde et il n’y a aucun “mode d’emploi” universel !

C’est ainsi qu’Elisabeth m’a cité le cas d’une dame, sous somnifères depuis de nombreuses années, et pour laquelle les résultats ont été mitigés, au bout d’un essai d’une semaine.

J’ai décidé de me prendre en main

Et je rêve donc de pouvoir, moi aussi, utiliser ce petit dispositif quantique, dont la manipulation semble  vraiment très ludique. Mais dur, dur, quand on n’a qu’une très petite pension.

Cependant, il est possible de payer par Paypal, avec un crédit gratuit. A priori, en 4 fois, mais nous ne savons pas si le nombre d’échéances dépend du montant de l’achat. Ce paiement échelonné est valable en France ; nous ignorons aussi ce qu’il en est, pour les autres pays.

Et Noël approchant, pourquoi ne pas se faire offrir ce dispositif, à cette occasion ? Il peut être utilisé, presque à tout âge, sans aucune contre-indication pour les fréquences. Il est vrai que les personnes les plus âgées sont certainement celles qui en ont le plus besoin. Et tout le monde sait qu’on n’a pas toujours des idées de cadeau pour les papis et les mamies ! Et, du coup, pourquoi les grands enfants ne se cotiseraient-ils pas ?

Ainsi, je vais pouvoir me prendre en main, de façon autonome.

En  permettant l’harmonisation du champ bioénergétique, ce dispositif est un soutien de poids, pour la santé, le bien-être et une vitalité holistique.

J’aurai donc mes propres “thérapeutes” chez moi, à la maison. Bien sûr, certains thérapeutes seront toujours irremplaçables, comme les ostéopathes par exemple.

Mais il y a encore bien d’autres avantages pour son bien-être, à avoir ce dispositif chez soi (mais impossible de tout vous dire ici !).

Si je suis amenée à consulter un thérapeute de médecines alternatives deux fois par mois, avec un minimum par consultation de 60€ actuellement (et souvent davantage), le montant annuel dépensé représente quasiment le prix d’un dispositif. Et c’est donc tout bénéfice pour les années suivantes ! 

Avantages complémentaires : pas besoin de perdre son temps dans les transports, donc pas de budget essence ou assimilé, pas de fatigue inutile, possibilité de partager ce petit bijou avec les membres de sa famille, sous le même toit ou habitant à proximité. Et si on est plusieurs à l’utiliser, l’investissement de base sera d’autant plus rentable.

Evidemment, on peut aussi “fréquencer” sa famille et ses amis, même s’ils sont à l’autre bout du monde.

Difficile d’“imaginer”  le potentiel ! Pourtant les témoignages sont là ! Certains croiront à l’Esprit Saint ou à des miracles, et d’autres croiront en les fréquences.

Pour terminer

Je précise que je suis  déjà très sensibilisée aux fréquences puisque je connais très bien la méthode Tomatis, basée sur les harmoniques de Mozart.

Avant que ce dispositif quantique de poche, dont il est question dans cet article,  n’existe, cette méthode m’avait permis de régler pas mal de problèmes sur mon organisme (de la tête aux pieds), en particulier après mon grave accident de voiture et, ultérieurement, dans bien d’autres circonstances.

N’oublions pas que la musique, ce sont aussi des fréquences. D’ailleurs, j’avais écrit, en 2012, sur ce blog, les trois articles suivants, sur la méthode Tomatis :

Quand la guérison passe par les oreilles…. Non, ce n’est pas une blague ! (1ère partie)

Quand la guérison passe par les oreilles…. Non, ce n’est pas une blague ! (2ème partie)

Quand la guérison passe par les oreilles…. Non, ce n’est pas une blague ! (3è partie)

PS1 : cet article a été écrit “à quatre mains”, compte tenu de mon état de convalescence 

PS2 : en fonction de l’intérêt que mon histoire suscitera, je vous raconterai la suite

PS3 : pour information, Elisabeth peut louer un dispositif pour 2 mois maximum, mais un seul appareil disponible

Et en cadeau, de belles musiques relaxantes

Relaxing Meditation Choose Love
   (Méditation relaxante Choisir l’amour)  durée 34 mn

Un chant de baleine pour relaxation durée 8 h

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer