Comment elle a fait d’une pierre deux coups

i 05/01/2014 6 Commentaires par Elisabeth 8Catégorie(s) : Passebecq
jMots clés : tumeurfibrome

Ce 3 avril 1963, Sylvia fait la connaissance des méthodes naturelles lorsqu’elle entre dans un établissement naturopathique anglais, dans le but de maigrir. C’est en tout cas, ce qu’elle désirait.

Une mauvaise surprise !

Quelle ne fut pas sa frayeur quand le praticien qui l’examine lui annonce qu’elle avait un fibrome abdominal d’environ 1,5 kg !

Sylvia était convaincue qu’elle allait devoir passer sur la table d’opération, ce qu’elle redoutait fort.

Elle fut heureusement vite rassurée car le praticien lui fit savoir qu’il avait de bonnes raisons de penser qu’un traitement naturel et un régime suivis sans réserve pourraient venir à bout de cette tumeur.

Sylvia avait déjà entendu parler (ce qui n’était pas du tout le cas de son médecin habituel), d’un certain nombre de cas de résorption de fibrome par des méthodes naturelles,

Son passage en clinique naturelle

A la clinique, Sylvia est alors soumise à un régime de fruits frais d’une durée de sept semaines. Normalement, elle n’aurait dû recevoir que des jus de fruits, mais se classant dans la catégorie des gros mangeurs, elle avait exprimé le souhait de pouvoir “mâcher”, d’où des fruits et des jus de fruits.

En parallèle, son corps a bénéficié de multiples traitements : massages abdominaux profonds, bains de siège (chauds et froids), lavements,  irrigations du côlon  et douches chaudes avec de fréquents massages du corps.

Tout ceci a permis à Sylvia de passer de 65 kg à 51 kg, pour une taille de 1,64 m. Par la suite, elle a maintenu son poids à 57 kg. A l’approche de la quarantaine, elle s’entendait maintenant dire qu’elle paraissait dix ans plus jeune !

Au cours de ce séjour (avec donc inactivité forcée de plusieurs semaines), Sylvia en a profité pour rester assise en plein air ou faire de courtes promenades. Elle a aussi appris à se détendre complètement et à dormir sans l’aide de somnifères, car elle savait qu’il était dangereux de prendre des médicaments pendant un régime de fruits.

Elle a également découvert comment supprimer l’appétit par autosuggestion (j’imagine que cela intéresserait beaucoup de lecteurs, et moi aussi !).

Après la septième semaine, son régime de fruits a cessé et son menu s’est progressivement élargi (essentiellement fruits, légumes et pratiquement pas d’aliments carnés).

Sa nouvelle vie

Elle s’est trouvée tellement bien avec sa nouvelle façon de se nourrir qu’elle a continué ainsi. De plus, elle ne fait plus que deux repas par jour. Un repas à midi et un le soir. Cela revient donc à sauter le petit-déjeuner et à faire un jeûne intermittent et journalier.

On pourra voir cet article de boisvert pour en savoir plus sur ce dernier point. Sauter le petit-déjeuner est une expérience à faire sur plusieurs jours mais ceux qui ont le plus besoin de ce petit jeûne journalier, donc les plus “intoxiqués”, pourront subir quelques désagréments, leur faisant croire que sauter le petit-déjeuner ne leur est pas profitable, alors que c’est tout le contraire !

Pour revenir à Sylvia, un jour par quinzaine, elle ne mange que des fruits. Cela lui apportant un regain d’énergie.

Elle profite aussi des week-ends pour faire des marches de quelques kilomètres.

Et le fibrome ?

Après sa sortie de clinique, Sylvia s’est empressée d’aller voir son médecin qui a été plus que surpris de constater qu’il n’y avait plus de fibrome  ! Il s’est écrié : “Je vais devoir me débarrasser de tous mes manuels de médecine !” Dans tous ces manuels, on n’apprend malheureusement pas aux médecins à se poser des questions sur les causes des maladies.

Alors pourquoi ne pas écouter ceux qui ne sont pas médecins, qui ont de multiples compétences, qui observent et qui expérimentent ?

Comme Thierry Casasnovas par exemple. Dans ses très nombreuses vidéos (également visibles sur youtube), il parle à plusieurs reprises du fibrome. Par exemple, dans celle-ci   (à 33:39), il donne des explications sur les causes.

D’après le récit de Sylvia Klotz paru dans la revue Vie et Action (“Maladies, vie intime de la femme”, Dr J. H. Tilden), n°33bis,  (éditeur André Passebecq), 1er trimestre 1989 (p. 42-44)

Rose rougeRose rougeRose rougeRose rougeRose rougeRose rouge

PS1 : en ce début d’année précédé des excès des fêtes de fin d’année, je vous invite aussi à parcourir l’article paru sur ce blog le 1er janvier 2013 (Vous faisiez bombance ? j’en suis fort aise. Eh bien ! jeûnez maintenant.) et complété ce jour par les précieux conseils publiés par Marie sur son blog.

PS2 : je rappelle que la rubrique “Livres” liste une grande partie des livres et ebooks “Kindle” dont il a été question dans les différents articles de ce blog.

Commentaires

  1. Hélène Delafaurie
    Le 06/01/2014 à 12:23

    On voit là encore une fois les bienfaits de la nutrition qui parvient à bout de tant de pathologies inqiétantes et pour lesquelles la médecine officielle n’a pas d’autres solutions que le bistouri ou l’empoisonnement par des médicaments chimiques dangereux.
    Merci Elisabeth de nousdonner toutes ces informations et ces espoirs, et très bonne année à tous. C’est l’année du cheval selon le calendrier japonais: au grand galop vers la santé!
    Hélène

    Répondre
    • Elisabeth
      Le 18/01/2014 à 21:36

      Merci Hélène

      Très joliment dit !

      Elisabeth

      Répondre
  2. Marie@Nourriture Sante
    Le 17/01/2014 à 20:42

    Bonsoir Elisabeth,

    Je ne connaissais pas l’histoire de Sylvia, même si j’ai beaucoup lu Vie et Action.
    Il y a longtemps j’avais suivi un jeûne à l’eau de 5 jours conseillée par un naturopathe formé par André Passebcq.
    Avec des résultats aussi probants et définitifs qu’elle.

    En tous cas son histoire est édifiante et finalement tellement facile à comprendre et à suivre, pour ceux qui le veulent !
    Que de souffrances épargnées et d’économies faites.

    Merci Elisabeth de signaler mon article du 5 janvier !
    Je pratique moi-même avec bonheur et facilité le jeûne intermittent.
    Comme il est dit chez Boisvert, les bénéfices en sont extraordinaires.

    Je vais aller poster cet article sur Twitter, ce serait tellement bien que beaucoup le lisent.

    Bonne soirée et à bientôt.
    Amicalement.

    Marie.
    Marie@Nourriture Sante Articles récents..Oui, notre alimentation peut soutenir (ou pas) notre bonne humeurMy Profile

    Répondre
  3. Elisabeth
    Le 18/01/2014 à 21:35

    Bonsoir Marie

    Puisse ton témoignage convaincre ceux qui doutent encore !

    Et merci de poster cet article.

    Je diffuse peu sur Twitter car pas encore très à l’aise.

    Pour ce qui est de Facebook, n’en parlons même pas ! C’est un vrai labyrinthe pour moi !

    Amicalement

    Elisabeth

    Répondre
    • Marie@Nourriture Sante
      Le 18/01/2014 à 21:52

      Bonsoir Elisabeth,

      Je suis parvenue à utiliser Twitter, alors je crois que tout le monde le peut !
      C’est simple en fait.
      Facebook, il faut plus de temps pour écrire, mais c’est possible quand même.

      A propos du jeûne à l’eau, c’est beaucoup plus facile que l’on s’imagine.
      Il faut se préparer durant les semaines précédentes selon un certain protocole et ensuite seul le premier jour demande un effort.
      Et on n’est pas fatigué, ni affamé.
      Le plus difficile c’est pour la reprise alimentaire progressive…
      Mais quand on est motivé, par exemple pour éviter une opération, aucun problème pour le faire !

      Que les gens essaient, ils verront.

      Bonne soirée.
      Amicalement.

      Marie.
      Marie@Nourriture Sante Articles récents..Soigner une gastro-entérite par le moyen le plus rapide et le plus naturel.My Profile

      Répondre
  4. Elisabeth
    Le 19/01/2014 à 14:18

    Bonjour Marie

    Tu as tout à fait raison : il faut que les gens expérimentent et voient les résultats sur eux. Mais comme je le dis toujours, il faut de la patience. Les méthodes naturelles agissent lentement et n’ont pas la « violence » des médicaments qui, de toutes les façons, ne font que supprimer les symptômes, ce qui n’est évidemment pas la solution et qui n’amènera jamais à une véritable guérison

    Pour ce qui est du jeûne, il faut certainement insister sur la reprise alimentaire, ce qui n’est peut-être pas fait suffisamment.

    Après un jeûne, il ne faut évidemment pas s »empiffrer » sans quoi, l’ex-jeûneur risque d’avoir quelques ennuis, ce qui pourrait l’amener à penser que le jeûne ne lui est pas bénéfique.

    Amicalement

    Elisabeth

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge