Pierre, 45 ans, souffre d’une fissure anale. Le chirurgien qu’il consulte, lui dit qu’il doit rapidement se faire opérer.

C’était sans compter sur le hasard en la personne d’une ancienne amie à qui il raconte, en passant,  ses ennuis. Amie qui lui lance à la volée, sans insister, qu’elle utilise l’argile à « toutes les sauces ».

Cette remarque ne tombe pas dans l’ «oreille d’un sourd », d’autant plus que cette amie de longue date a toujours été de bon conseil pour lui.

L’idée de cette amie était sûrement très simple : il s’agissait de se « tartiner » la zone en souffrance avec un cataplasme d’argile. Mais cette amie n’avait jamais entendu parler de «fissure anale» et ne savait pas exactement en quoi cela consistait.

Quand souffrir donne des idées….

Mais Pierre, lui, était au cœur du problème et il souffrait…… Et comme, de par son métier, il était plutôt bricoleur, créatif et inventif, il se fabriqua des suppositoires à l’argile qu’il utilisa en complément des cataplasmes externes !

Tant et si bien qu’au bout d’une dizaine de jours, il lui sembla que tout allait bien.

Il retourna chez le chirurgien qui chercha longuement ….. trace de cette fissure anale  (imaginez la scène….) ; il ne  put que constater sa disparition !

Pierre lui a fait savoir qu’il avait utilisé de l’argile pour obtenir ce résultat.

Très étonné le chirurgien qui a trouvé cette « guérison » absolument extraordinaire !

Quant à Pierre, il a évité une éventuelle incontinence qu’un coup de bistouri maladroit aurait pu provoquer. Puisqu’il semblerait que c’est une éventuelle séquelle possible de ce type d’intervention.

Conclusion

Et voilà donc comment un petit trou aura modestement contribué à résorber un grand trou, celui, abyssal, de la Sécurité Sociale !

Par contre, pour le chirurgien, ce seront quelques euros de moins dans son escarcelle !

N’hésitez pas à partager votre éventuelle expérience sur le sujet en intervenant dans les commentaires, un peu plus bas dans la page !

 

PS : pour ceux qui ne connaissent pas l’argile, cela s’achète soit en pharmacie soit en magasin « bio ». Le plus économique est de se procurer l’argile en « vrac » (3kg) pour un coût de moins de 10 euros. Il faut alors fabriquer soi-même ses cataplasmes (utiliser un récipient  en verre et ne jamais utiliser un ustensile en métal pour faire le mélange, uniquement du bois). On peut aussi acheter un tube d’argile dit « de voyage », donc « prêt à l’emploi » et très pratique en cas d’urgence (mais très cher par rapport à l’argile en « vrac »).

Pin It on Pinterest

Share This