Aujourd’hui, je vous propose l’histoire très courte d’une Canadienne de 52 ans. Voici ce qu’en dit Cyril SCOTT.  Elle « avait des varices telles qu’il lui était impossible d’allonger ses jambes dans son lit. Les médecins consultés avouèrent n’avoir jamais vu des varices dans cet état. Ils lui proposèrent de les traiter par opération. Une connaissance lui conseilla un jour de tenter une cure de mélasse. Ce qu’elle fit sans enthousiasme, il est vrai et sans se faire d’illusions ! Au bout de quelques semaines, elle fut obligée de reconnaître à sa grande surprise que les varices avaient disparu. »

Cyril SCOTT rapporte dans son livre de très nombreux cas de guérisons par la « mélassothérapie ». Parmi ces cas : arthritisme, ulcères, dermatose, eczéma, psoriasis, hypertension, troubles cardiaques, constipation, colite, attaque d’apoplexie, anémie, anémie pernicieuse, vessie et troubles urinaires, calculs biliaires, système nerveux, grossesse, ménopause, ongles et cheveux, sinusite, pyorrhée dentaire, diabète…….

Précisons qu’il n’est question dans cet article que de la « mélasse noire crue ».

Alors, comment prendre la mélasse ?

En usage interne :

  • elle peut se prendre à n’importe quelle heure de la journée
  • diluer une cuiller à café dans un demi-verre d’eau chaude puis, quand la mélasse est fondue, ajouter encore un peu d’eau froide pour obtenir deux bons tiers de verre ; et boire le liquide chaud
  • il est aussi possible de sucer sa cuiller de mélasse mais il faut boire par-dessus une boisson chaude

Avec une boisson chaude, la mélasse est mieux et plus rapidement assimilée et se digère beaucoup plus facilement.

Mais l’eau mélassée ne doit pas être bue rapidement ; il faut la prendre par petites gorgées. Sinon, bue trop vite, elle « ballonne ».

Mais, pour « savourer» l’eau mélassée à la manière d’un dégustateur en vins, cela risque d’être un peu difficile pour ceux qui n’aiment pas la réglisse……. Puisque la mélasse a le goût de la réglisse…. Et j’en sais quelque chose….

En usage externe :

  • lavements, compresses, applications, pommade

Cette histoire et les informations données dans cet article sont extraites de « Le miracle noir, l’utilisation de la mélasse noire crue, un aliment naturel tiré de la canne à sucre » de Cyril SCOTT (42 pages).

 PS1 : la première édition de ce petit livre est parue en 1949, en anglais,  sous le titre Crude Black Molasses. Comme l’indique Cruja dans un commentaire en date du 19/12/2014, la traduction exacte de ce titre est en réalité « mélasse noire brute » et non « mélasse noire crue ».

 PS2 : la mélasse noire peut s’acheter en Suisse et  il semblerait possible de se procurer le livre de C. SCOTT en français (voir cette petite brochure publicitaire).

 PS3 : il semble très difficile de trouver sur l’internet francophone des informations sur la mélasse et ses bienfaits ; par contre, cela semble plus facile sur l’internet anglophone. J’espère que des lecteurs anglophones pourront apporter dans les commentaires des informations supplémentaires ;  nul doute que les lecteurs de cet article vous en seront reconnaissants !

Pin It on Pinterest

Share This