Cet article est un article invité proposé par Hannah Sembély du blog Forme Sante Ideale .

cheval_Shanti

Interview de Shanti qui a participé à un trekking autour des Annapurnas et s’est retrouvée à plus de 5000m en grande difficulté.

1°) Shanti, qu’est ce qui t’a poussé à vouloir faire un trek au Népal 

Mon premier désir était de retourner dans l’Himalaya que j’avais connu il y a fort longtemps dans le cadre d’un autre trek, pour la beauté de la nature et pour la marche elle-même. Une série de circonstances assez étranges que je relaterai plus loin m’ont également fait pressentir que ce voyage était nécessaire mais sans que je puisse en deviner le sens et encore moins le contenu. J’ignorais en particulier que je serais dans un groupe où on pratique le travail sur soi en accompagnement du trek et m’imaginais simplement que nous ferions quelques séances de sophrologie classique de type relaxation dynamique.

2°) Comment  as-tu connu Hannah et Alain Sembély?

Par hasard si tant est que le hasard existe. Une personne avec qui j’avais sympathisé durant l’été m’a envoyé un bref courriel un lundi matin avec ″nous y allons, tu viens avec nous? ″ et le lien vers le site de Taodyssee. Or je sortais d’une semaine de formation PNL qui s’était très mal passée pour moi, réveillant un vif sentiment de rejet, d’injustice et d’humiliation. Consultant les dates du voyage j’ai vite constaté qu’elles coïncidaient avec la dernière semaine de formation PNL à laquelle je n’avais plus guère envie de participer. Le jour même je me suis inscrite pour le voyage au Népal en jetant un bref coup d’œil au programme, certaine que cette synchronicité constituait la meilleure des garanties sur la validité de mon choix.

3°) Que s’est-il passé au début du voyage?

Hormis la surprise de découvrir le travail intérieur opéré au sein du groupe, qui m’a immédiatement intéressé, le voyage fut agréable jusqu’au premier jour du trek à proprement parlé. Ayant déjà fait des randonnées moins confortables et à haute altitude, sans problèmes de santé, j’étais confiante dans mes capacités physiques. Or dès le premier pas, j’ai senti que j’étais malade avec des crampes intestinales qui se sont rapidement manifestées sous forme de dysenterie. Cela s’est progressivement aggravé avec des problèmes d’estomac m’empêchant d’avaler quoi que ce soit, même de l’eau. Je n’arrivais naturellement pas à dormir et marchais avec difficulté la journée, en ne comptant plus que sur ma volonté et ma capacité à l’effort. Au bout de trois jours de ce régime, les médicaments ne faisant pas effet, j’ai envisagé d’organiser mon retour, voyant que je m’épuisais.

4°) Quelle émotion s’est trouvée  reliée à la maladie?

Lorsqu’ils m’ont posé la question j’ai senti que c’était de l’impuissance avant tout, en particulier du fait de ne pas arriver à me nourrir. J’ai également ressenti de la tristesse, une grande lassitude et un sentiment d’incompréhension face à ce qui m’arrivait. Je n’avais pas assez d’énergie pour être en colère.

5°) Comment ont-ils préparé la séance Tipi?

J’ai demandé à Hannah et Alain de tenter quelque chose, car je ne voyais pas d’issue à mes difficultés. Je ne connais pas la méthode Tipi  mais j’avais confiance en leur manière de travailler. Ils m’ont alors assuré qu’il y avait certainement un lien entre mes difficultés physiologiques et mon état émotionnel. Je n’ai pas de souvenir très précis si ce n’est qu’ils m’ont demandé d’associer le sentiment d’impuissance (en cherchant dans les semaines précédant le trek), à une situation précise déjà vécue. Sans comprendre le rapport avec ma maladie  , j’ai pensé à la relation que je vivais avec un homme et dans laquelle j’étais effectivement réduite à l’impuissance, ce dernier rejetant sporadiquement le lien affectif, quel que soit mon comportement.

6°)  Comment s’est déroulée la séance ?

Nous sommes donc partis de cette situation très précise qui générait de fortes émotions. Je me suis laissée guider par la méthode et rapidement mon corps s’est détendu. Ce fut rapide, quelques minutes au plus, me semble-t-il.
Une vérification a été faite afin de s’assurer que la situation ne générait plus d’émotions violentes et je me suis aperçue que la sensation de détente était toujours là.

7°) Les conséquences dans ton corps et ton psychisme ?

La maladie a commencé à s’estomper pendant la nuit , puis le lendemain je me suis réveillée de bonne humeur, contente d’être là, avec de l’appétit. J’ai enfin pu manger, sans aucune douleur intestinale ou stomacale, modérément, puis normalement au bout de deux jours. La forme physique s’est  rétablie plus lentement sans doute à cause de l’effort exigé par le trek. J’ai passé le col à cheval afin d’épargner mes forces et me suis donnée ce droit d’y aller plus tranquillement.

8°) D’autres effets dans ta vie ?

La méthode Tipi m’a permis de me libérer définitivement d’ une angoisse de mort liée à la mère nourricière, due à un traumatisme in utero. Mais ce n’est pas tout, grâce au travail intérieur engagé dans ce voyage, j’ai accepté l’aide d’un cheval, animal que je détestais entre tous.  Je ne l’avais dit à personne mais cette aversion pour les chevaux était liée à mon père et à la lignée paternelle , tous férus d’équitation.
Par cet acte, j’ai senti un espace de pardon s’ouvrir par rapport à mon père, décédé aujourd’hui.

9°) Le test au retour

J’ai eu la surprise de mesurer que la relation avec ma mère s’était modifiée à mon retour. Son visage s’est illuminé lorsque je lui ai raconté mon passage du col à cheval.
A mon retour, l’homme dont il était question plus haut  m’a rejoué la scène du rejet affectif dénué de raison. J’ai senti que je n’étais plus en proie à mes remous émotionnels habituels grâce à mon expérience de Tipi. Deux à trois jours plus tard, j’ai enfin pu envisager quitter cette relation toxique.
Depuis  d’autres hommes commencent à se rapprocher de moi

10°) Retombées professionnelles

Je suis en pleine phase de changement. J’ai un cabinet de conseil dans un domaine technique . Or mon nouvel associé a  revendiqué plus de travail et de responsabilités à mon retour, tâche que je me suis empressée de lui confier. J’ai pour projet de laisser mon ancien job et de  passer à une activité de coach et/ou thérapeute ainsi que formatrice.
Finalement une cerise sur mon gâteau à moi : le fisc m’a remboursé une somme importante et j’ai fait un héritage . J’ai donc tout le temps et l’argent nécessaire pour mettre mon rêve en place.

Je ne vais pas vous la jouer à l’américaine, mais on peut dire qu’en un voyage et une séance Tipi, ma vie a enfin pris un  tournant qui satisfait toutes mes espérances. Non seulement je suis guérie d’une angoisse profonde dont je ne connaissais pas la cause mais c’est mon cœur depuis qui s’épanouit paisiblement grâce à cette résolution familiale.
Je n’imaginais pas les causes de mon mal-être ni la façon dont tout ce qui se passait dans ma vie était ramifié.
Ce que je sais c’est que lorsqu’on soigne un aspect de notre vie, c’est la totalité de la vie qui en profite.
Je ne peux que vous conseiller de ne jamais abandonner et de faire appel à des techniques comme la méthode Tipi ou ce que vous trouverez sur votre chemin afin être d’être enfin soulagé(e) et sentir que désormais la voie s’ouvre vers plus d’amour et plus de joie.

Pour lire le début, voir  l’article  : Comment j’ai passé le col avec la technique Tipi

Pin It on Pinterest

Share This