Christian, Savoie, sinusites et otites pendant 35 ans, raconte :

 

« Aussi loin que je puisse me souvenir dans mon enfance j’ai toujours souffert, principalement l’hiver, de rhumes, de laryngites, de bronchites, de sinusites et d’otites à répétition.

Ma mère s’est donné beaucoup de mal pour me soigner et tenter de me guérir.

J’ai grâce à elle expérimenté presque tous les remèdes disponibles et je peux témoigner d’une vaste et longue expérience de cobaye.

Cela a commencé, de haut en bas, avec : gouttes, inhalations, aérosols, sirops, gargarismes, bleu de méthylène, cataplasmes, suppositoires.

Je croyais la fin de mes ennuis arrivé quand le duo antibiotiques cortisone est arrivé sur ma première ordonnance. Malgré une confiance magique dans ces pilules et une certaine fierté à m’en trouver bénéficiaire, j’ai dû me rendre à l’évidence : les symptômes se trouvaient provisoirement atténués mais rien de durable n’est jamais venu améliorer mon cas.

Au moins deux ou trois fois chaque année, la traditionnelle chasse aux microbes recommençait et elle restait ouverte parfois plus d’un mois.

La douleur des sinusites ou pire des otites stimulait la recherche et c’est pour cela que, dans une catégorie à part, ma mère a déniché quelques remèdes de cheval auxquels j’ai également vaillamment survécu, les maladies aussi.

J’ai donc eu successivement le privilège, pauvre imparfaite créature, d’être revu et corrigé par le bistouri d’un chirurgien qui m’a enlevé les amygdales, de subir ensuite une demi-douzaine de séances d’irradiation à la bombe au cobalt (Hôpital de Créteil), censées éradiquer les microbes dans la région de la gorge. Ensuite, re-bistouri pour me redresser les cloisons nasales.

Malgré un acharnement thérapeutique de 41 années de médecine chimique et de chirurgie, il fallait bien se rendre à l’évidence : l’échec était total.

Et c’est finalement grâce à la médecine alternative et plus particulièrement aux nutritionnistes que j’ai enfin trouvé la solution à ces maladies chroniques. Quand j’ai découvert, grâce à une amie, la théorie de l’alimentation originelle crue, variée, vivante, j’avais une motivation toute trouvée pour passer à la pratique, je venais, en été de commencer la dernière sinusite de ma vie !

L’idée de ce régime est de retrouver les bases alimentaires qui ont permis à l’espèce humaine de se développer sur 7 millions d’années. Par exemple le régime paléolithique s’inspire des habitudes alimentaires d’il y a 300 000 ans, les régimes crétois, méditerranéen sont également de bonnes références plus proches de nous.

En explorant l’ensemble des nourritures recommandées on découvre de bonnes choses en plus. C’est important pour compenser les manques car il faut une certaine détermination pour supprimer ou très fortement diminuer les laitages, les céréales (surtout celles contenant du gluten) et les sucreries qui sont à l’origine d’une quantité phénoménale de maladies. Il est aussi souhaitable de ne manger que peu de protéines animales.

Un livre excellent qui développe très bien tout cela avec beaucoup de références, c’est celui du Dr Jean Seignalet : L’alimentation ou la troisième médecine.

Grâce à ces ajustements, je suis maintenant réellement et totalement guéri et il y 23 ans (21 novembre 2006) que cela dure !

« Etrange » mon ex-médecin ORL n’est pas du tout intéressé à savoir comment j’ai fait pour me passer de ses services, serait-il sensible au virus du marketing ? »

Extrait de : Vers une santé totale, Jean Marc GOVERNATORI, Le courrier du livre, 2007, 126 pages, p. 74-77 (témoignage constaté par huissier)

Pin It on Pinterest

Share This