11 octobre : Journée mondiale pour la vue

 

En 1995, Odile, 45 ans, souffre d’insupportables maux de tête qui la dépriment. Alors qu’elle n’est pourtant pas une malade mentale, on lui prescrit du Prozac qui n’a aucun effet sur ses douleurs, bien au contraire.

Elle arrête de prendre ce médicament et prend l’initiative de consulter un ophtalmologue qui lui diagnostique un sévère glaucome bilatéral.

On lui prescrit un bêta-bloquant à vie. Par ailleurs, un scanner ne révèle rien et ses douleurs sont toujours présentes.

Sa curiosité la pousse alors à s’intéresser à cette maladie, lui donnant l’occasion de découvrir l’ouvrage de A. PASSEBECQ, La santé de vos yeux. Grâce aux conseils qu’elle y trouve, elle modifie « à tâtons » son alimentation. Tout en maintenant une prise biquotidienne de bêta-bloquant, son glaucome se stabilise.

En 1999, elle doit s’occuper d’un cancéreux en fin de vie pendant un mois ; elle néglige ses repas et perd 8 kg (1m70, 46 kg).

Le résultat du champ visuel de contrôle est maintenant presque parfait, ce qui l’autorise à croire aux bienfaits du jeûne.

Dans les années qui suivent, elle fait un stage de rééducation visuelle, supprime le bêta-bloquant, modifie encore son alimentation, pratique la relaxation.

En 2003, à 53 ans, elle est complètement débarrassée de son glaucome et a un champ visuel parfait !

Odile a pris sa santé en charge et les résultats obtenus ne l’étonnent sûrement pas. Par contre, l’ophtalmologue…..

Au final, Odile peut à nouveau assumer ses tâches domestiques et professionnelles à temps plein, sans souffrir de maux de tête insupportables. L’ophtalmologue aura une patiente un peu moins assidue….mais la sécurité sociale aura aussi gagné dans l’affaire.

D’après Vie et action (André Passebecq) n° 251, 3è trimestre 2002, p. 9

(Délivrée de mon glaucome par Odile P.-B., Aix-en-Provence)

Pin It on Pinterest

Share This